18 Novembre 1989
Un insigne pour le Schoenenbourg


Michel Truttmann voyant notre intérêt pour la chose Maginot, et surtout notre sérieux (déjà), nous propose de venir visiter son jardin. Au fond, gît, envahi par la végétation un morceau de béton informe. Mais oh ! surprise , en retournant précautionneusement la bête, apparait la fière devise de nos soldats. Il s'agit bien d'un insigne "On ne passe pas".

Déraciné de son support du camp d'Angevillers, il attend une nouvelle vie dans son environnement Maginot. Aussitôt, rendez-vous est pris. Le 18 novembre 1989, on attèle une remorque à notre rouge BX et nous voilà partis avec Jacky Muller et Lucas Ammann pour notre fière Lorraine. Evidemment, l'insigne se trouvait tout au fond du jardin, au pied d'une forte pente comme on les aime dans le rideau défensif près de Toul. Après bien des efforts, le voilà près de la remorque, à laquelle il manque un centimètre en largeur...

Finalement, nous roulons vers sa dernière demeure, en Alsace. Chemin faisant le convoi s'arrête à Lunéville (désolé, encore en Lorraine), où, chez mon beauf, on refait une toilette à grands coups de nettoyeur haute pression pour vaincre la mousse qui s'y était incrustée. Au péage de Schwindratsheim, on imagine la tête de la caissière qui dominait la remorque...

Arrivé enfin au Schoen, sa nouvelle résidence, on s'activa à décharger le monstre sur un Nord-Est type B, qui sentait bon le Maginot... Puis Peter (si c'était son vrai nom) lui refit les lettres en béton qui manquaient, avant de l'accrocher fièrement dans l'entrée de l'ouvrage.








- Retour