Complètement tombée dans l'oubli après la Seconde Guerre Mondiale, la Ligne Maginot fait à nouveau parler d'elle lorsque Roger BRUGE, journaliste et historien, publia vers 1977plusieurs livres relatant les divers combats de la ligne fortifiée. Dès lors, différentes associations se créent, dont l'association des Amis de la Ligne Maginot d'Alsace (AALMA).

A cette époque, Jean-Bernard WAHL, de Mulhouse, est le premier à demander à l'armée des autorisations de visite pour les ouvrages du nord de l'Alsace. En parcourant le fort de Schoenenbourg, il constata que, malgré un état de délabrement très avancé, ce dernier recelait encore les éléments essentiels propres à la valorisation de ce témoin de l'architecture militaire des années 1930/1940. 

En outre, le fait que le Schoenenbourg ait été au centre de la terrible bataille que livra le secteur fortifié de Haguenau en juin 1940 le conforta dans cette initiative. Il fallait sauver ce témoin de l'histoire récente de l'Alsace. Ainsi fut créée, dans notre région, l'association la plus représentative en la matière.

Entreprises dès 1979, les démarches aboutirent en 1982. La mise à disposition du fort de Schoenenbourg par une convention temporaire d'occupation entrouvrit à l'association toutes les possibilités. Les travaux de restauration furent immédiatement entrepris et les premières visites annoncées connurent de suite un important succès.

Jusqu'à ce jour, l'association a atteint ses objectifs : la sauvegarde du fort de Schoenenbourg et de la casemate Esch et l'ouverture de ces sites au public, dans le cadre de la mémoire collective et des événements historiques qui ont marqué notre province.

En 2005, l'AALMA est forte d'un effectif de plus de 200 membres, dont près d'une d'Allemands.

Elle compte des adhérents dans toutes les parties de l'Europe, et plusieurs de ses membres sont des spécialistes incontestés en matière de fortification.

Une trentaine de bénévoles sont considérés comme actifs et assurent les travaux de rénovation et d'accueil du public, aussi bien à la casemate Esch qu'au fort de Schoenenbourg.

En 1996, sous la pression de la demande touristique, l'AALMA embauche trois salariés pour assurer, en saison, la prise en charge des visiteurs en semaine. Le bénévolat avait alors atteint ses limites. A ce jour, l'effectif salarié est de dix personnes.

L'association édite un bulletin d'information en français, et un autre en allemand. Le rapprochement franco-allemand, pratiqué au quotidien, est très bénéfique pour son développement.


- Suite, Palmarès et récompenses